Toutes les routes de la soie mènent à Pékin

Publié le par Victor

Toutes les routes de la soie mènent à Pékin

Qui a dit que l'Histoire ne se répétait pas ?

Formule facile pour historien novice, je vous entends déjà mes chers détracteurs du net. Une fois n'est pas coutume, je suis d'accord avec vous, c'est un raccourci facile et bien trop utilisé.

Seulement voilà, nous assistons à une réhabilitation des anciennes pistes de la mythique route de la soie et l'instigateur principal n'en est autre que la Chine du "camarade" Xi Jinping. L'écho de l'Histoire se fait persistant. Le dirigeant chinois le clame haut et fort, sa Chine a vocation à rayonner jusqu'aux confins de l'Asie centrale comme l'Empire du milieu le fit avant lui en s'appuyant sur le plus grand réseau commercial terrestre que l'Homme ait jamais connu.

L'entreprise est de taille quand on connait la situation géographique et géopolitique de la plupart des pays traversés, où le milieu est aussi rude que les habitants qui le peuplent. La preuve avec l'ouverture du chemin de fer Iran - Afghanistan - Chine. Sacré programme digne d'un bon western old school avec les insurgés afghans dans le rôle des desperados en embuscade. Un bien beau casting qui plaira au nouveau président américain, visiblement las des figurants mexicains.

Qu'importe, rien n'entravera le développement du premier challenger au titre économique mondial. Le détroit de Malacca pose problème avec ses pirates et ses tensions régionales, pourquoi ne pas passer par une autre voie? Il en existe bien une partant des pieds des montagnes du Xinjiang jusqu'au port baloutche de Gwadar. Les camions remplacent les caravanes de chameaux de Bactriane dans le transport de marchandises et les oléoducs font directement transiter l'or noir du détroit d'Ormuz à l'ogre chinois.

Le Baloutchistan a beau subir l'une des plus violentes guerres d'attrition de la part des talibans et de l'E.I - victime de ses traditions chiites et d'un désintérêt relatif de la part des concitoyens non coreligionnaires d'un Pakistan très majoritairement sunnite - la Chine multiplie les investissements massifs pour faire de la région l'une des principales façades maritimes du sous-continent. Ce n'est pas le FMI de Christine Lagarde qui vous dira le contraire, la grosse entreprise ne connait pas la crise.

 

Faites chauffer le samovar, ici le thé se boit noir et brûlant.

Commenter cet article