Catalogne : « Dieu se rit des hommes qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes »

Publié le par Martin Ryan

Il ne s'agit pas ici de prendre parti pour un camp ou pour l'autre, mais plutôt de regarder la réalité en face, avec du recul.

 

Certes, les indépendantistes n'ont pas été des plus « franc-jeu » ces derniers jours/semaines : défiance envers l’État de droit sans en assumer les conséquences, utilisation systématique de la posture de la victime des « violences policières » à grand renfort d'images choc via les réseaux sociaux, soupçons de bourrage d'urnes, etc.

 

Bien sûr, ces derniers se sont probablement retrouvés, malgré eux, une nouvelle fois les jouets de Bruxelles et autres réseaux Soros, qui œuvrent à la destruction des nations. Les habituelles « convergences des luttes » (droits LGBT, anti-poutinisme, etc.) qui ont été remarquées en marge des rassemblements, en constituent sans doute la meilleure preuve.

 

Peut-être, sont-ils en effet « minoritaires » et n'ont donc pas la légitimité qu'ils prétendent avoir. Toutefois, l'honnêteté intellectuelle pourrait nous obliger à faire une différence, d'un point de vue statistique, entre des catalans unionistes et des citoyens espagnols non-catalans installés en Catalogne (pour lesquels l'indépendance aurait effectivement un prix).

 

Enfin, oui l'indépendance de la Catalogne créerait un précédent historique, avec un sérieux risque « d'effet domino » partout en Europe, ce qui contribuerait à affaiblir encore un peu plus les nations européennes.

 

Mais trop nombreux sont ceux qui parmi les défenseurs de l’État nation oublient de poser la seule question qui vaille à ce stade : Comment en est-on arrivé là ?

 

Tout d'abord partons d'une simple observation du réel : depuis une dizaine d'années au moins, la Catalogne n'est pas/plus l'Espagne, du moins celle qui rayonne culturellement dans le monde. Quiconque s'y rendra, baignera dans une ambiance intégralement et exclusivement catalane : radios, télévisions, enseignement supérieur, panneaux de signalisation, cartes de restaurant, conversations, en langue catalane ; drapeaux catalans flottants sur les balcons ; patronymes catalans, etc. Et gare au touriste français qui tenterait de communiquer en castillan avec un accent qui trahirait un peu trop ses origines, on lui répondrait immédiatement...en français ! (expérience plusieurs fois vécue et partagée).

 

N'est-ce pas là la conséquence (logique) d'une politique voulue de l’État central espagnol qui a consisté, depuis la fin de la dictature franquiste, à laisser toujours un peu plus d'autonomie à la Catalogne au nom d'une Espagne « diverse » ?

 

Autre constat, plus que n'importe quelle autre autonomie espagnole, la Catalogne dispose aujourd'hui d'un certain nombre d'atouts et d'instruments qui lui permettrait de gérer au mieux un détachement de l'Espagne : Une capitale au rayonnement mondial (Barcelone), un bon niveau de vie, de bonnes infrastructures, une façade maritime, un territoire attractif, du tourisme de masse, et, surtout, une « volonté de puissance », à savoir un nombre suffisamment important d'individus se réclamant de l'identité catalane, bien décidés à prendre collectivement leur destin en main sans demander « d'autorisation ». Si le projet d'indépendance de la Catalogne, ne s'inscrit effectivement pas dans la légalité, il n'en demeure pas moins réaliste. Bien entendu, il y aurait des laissés-pour-compte, mais quelles indépendances n'en produisent pas ?

 

 

Toute proportion gardée, ceci pourrait faire écho à l'une de mes anciennes publications : « Vivre ensemble dans le multiculturalisme dites-vous ? »1, où j'avais tenté de démontrer qu'à l'échelle d'un pays comme la France ou l'Angleterre, le multiculturalisme était la matrice du communautarisme, et de la nécessité, par conséquent, d'imposer une « culture commune de référence » pour garantir la cohésion nationale.

 

Partant ainsi de cette réflexion, à l'échelle de l'Espagne et de la Catalogne, le « communautarisme régional » pourrait bien être la matrice du séparatisme.

 

 

 

1http://la-centrale-a-idees.over-blog.com/2017/01/vivre-ensemble-dans-le-multiculturalisme-dites-vous.html 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
P
"Il ne s'agit pas ici de prendre parti pour un camp ou pour l'autre", elle est bien bonne celle-là...
Répondre
M
Qu'insinuez-vous cher Monsieur ?