A quand le Franxit ?

Publié le par Mehdi Ezzahi

JPEG - 120.2 ko
 

Finalement, ils sont sortis...On nous avait bassiné ces derniers jours avec une remontée fulgurante du vote anti-Brexit mais ça a fait pschiit ! Le meurtre de Jo Cox, utilisé sans scrupules par les partisans du "In", a probablement amoindri la victoire. C'est le Royaume-Uni périphérique qui a surtout voté en faveur du Brexit, celui des campagnes et des grandes banlieues désindustrialisées. Il y a eu aussi un clivage générationnel entre des personnes âgées inquiètes de voir leur monde disparaître et une jeunesse urbaine biberonnée depuis son plus jeune âge aux bienfaits mirifiques de l'UE qui, on le voit au quotidien, ne nous apporte que paix, prospérité et bonheur...

A noter que plusieurs journaux anglais - dont le très populaire tabloïd The Sun - se sont engagés en faveur du Brexit. On imagine très mal cela en France avec l'hémiplégie idéologique européiste qui règne parmi les grands médias. A cet égard, on se souvient de l'édito de Serge July, alors directeur de Libération, qui au lendemain du rejet de projet de constitution européenne, avait ni plus ni moins qualifié les Français d'attardés, de salauds et de fachos...

On va voir maintenant le cataclysme économique qui attend - ou pas - les Britanniques. Les pauvres pourraient se voir imposer des visas et des droits de douane par les pays européens. Des visas ! Des droits de douane ! Mais quelle horreur !

Trêve de plaisanteries, il faut maintenant préparer le Franxit. Les médecins de Molière diront encore que si l'Europe ne fonctionne pas, c'est qu'il faut plus d'Europe ! Pascal Lamy a déclaré ce matin sur RTL qu'« il va falloir approfondir l'union politique et monétaire (…) et que les Français acceptent davantage de discipline. ». Et comment vous comptez nous imposer plus de discipline Lamy ? A coup de schlagues ?

L'Euro aussi devait nous apporter monts et merveilles. Or, 15 ans après son lancement, tous les pays qui en sont dotés, sauf étrangement l'Allemagne, se retrouvent avec une croissance proche du zéro pointé. Pourquoi ? Pour résumer, l'économie et surtout les exportations allemandes sont structurellement avantagées par la monnaie unique car auparavant le Mark était la devise la plus forte du continent. L'Euro a donc été taillé tel un beau costard de Macron pour l'Allemagne. De plus, les statuts de la Banque Centrale Européenne donnent la priorité absolue à la lutte contre l'inflation. Or une importante baisse du chômage remettrait une forte quantité d'argent dans l'économie (les gens et les entreprises dépenseraient plus), ce qui générerait de l'inflation. Du point de vue des rentiers qui nous gouvernent, il faut donc maintenir un taux de chômage minimal pour empêcher l'inflation : c'est ce qu'on appelle le NAIRU1.

Avec la BCE, l'Euro et sans possibilité de dévaluation, aucun véritable changement de politique macroéconomique ne peut se faire en France. Le chômage et les impôts sont voués à augmenter, notre code du travail, notre industrie et ses derniers fleurons à disparaître... Les syndicats mobilisés seraient d'ailleurs plus inspirés d'aller mettre le boxon à la Commission Européenne qui est la véritable inspiratrice de la Loi Travail. Vous en discutez messieurs ?


Philippe Martinez (CGT) et Jean-Claude Mailly (FO) dénoncent le fait de ne pas être écouté par le gouvernement sur la loi Travail. En attendant, ils ont obtenu une petite victoire, hier, en gagnant le droit de défiler à nouveau à Paris, aujourd'hui.

 

On sait que nos dirigeants actuels n'auront jamais les attributs masculins nécessaires pour affronter l'Allemagne et Bruxelles. La renégociation des traités est une chimère. Nous devons donc faire pression pour que soit organisé un référendum d'initiative populaire qui nous demande de choisir si nous voulons rester ou non dans cette gangue mortifère qu'est l'Union Européenne.

 

 

1http://www.chomage-et-monnaie.org/2003/07/01/le-nairu/

 

Commenter cet article

Durand 02/08/2016 18:45

"La renégociation des traités est une chimère. Nous devons donc faire pression pour que soit organisé un référendum d'initiative populaire qui nous demande de choisir si nous voulons rester ou non dans cette gangue mortifère qu'est l'Union Européenne."

C'est bien beau d'en appeler au référendum mais il n'y a aucun moyen democratique pour le provoquer.
Par contre, l'élection au suffrage universel de Francois Asselineau en 2017 vaudrait largement mieux qu'un hypothétique référendum puisque la triple sortie UE, Euro, OTAN est l'essentiel de son programme et que sa mise en application serait immédiate.
Le seul moyen democratique qu'il nous reste pour retrouver notre indépendance et notre démocratie consiste à se rassembler massivement et rapidement sous la bannière UPR car c'est le seul parti qui qui propose cette triple sortie immédiatement et légalement.

le Soudeur 29/07/2016 11:57

CQFD cher ami, on ne va tout de même pas laisser les sans-dents dire à quel sauce ils veulent être manger...

Amicus 28/07/2016 19:58

Plutôt Franprix que Frantix. Ci dessous la déclaration d'une grande démocrate:
https://www.youtube.com/watch?v=oc3BVi__FWo

Le peuple? qu'est-ce donc au fait?