Du multiculturalisme en République

Publié le par Mehdi Ezzahi

Du multiculturalisme en République

« Ne nous flattons pas de conserver notre liberté en renonçant aux mœurs qui nous l'ont acquise. » Jean-Jacques Rousseau, Lettre à M. d'Alembert.

 

Le 1er juin dernier, un tweet de Benoist Apparu, ancien ministre sous Sarkozy, a pratiquement échappé aux radars des médias.

Du multiculturalisme en République

Ce tweet, posté à la faveur d'un dîner de soutien à Alain Juppé, témoigne de l'état d'esprit d'une grande partie de la classe politique française. Le terme d'« identité heureuse » faisait référence au livre éponyme d'Alain Juppé, livre dans lequel ce dernier entérinait avec enthousiasme l'expérience multiculturelle et ses bienfaits supposés pour la France.

Les mots de Benoist Apparu ont tout de même donné lieu à une réplique de Charles Beigbeder dans le Figaro1. On pourrait reprocher à Beigbeder d'avoir quelque peu extrapolé sur la formule d'Apparu. Mais quoiqu'il en soit, sa réponse a le mérite de démonter habilement l'argumentaire visant à promouvoir le « gentil » multiculturalisme contre le « méchant » communautarisme...

M. Apparu a répondu2 à son contradicteur de façon moins inspirée: la moitié de sa réplique se borne à reprocher un coup médiatico-politique à Beigbeder... Mais n'est-ce pas ce que recherchent justement l'ancien ministre et ses collègues en tweetant à tout-va ? Sur le fond, Benoist Apparu est aussi à côté des clous. Il ne réemploie le terme de « multiculturalisme » qu'une seule fois, pour en faire le synonyme anodin de « diversité culturelle ». Une telle définition, sur un sujet aussi crucial, est non seulement insatisfaisante mais dangereuse.


 

Le multiculturalisme n'est pas la diversité culturelle


 

La France est un pays divers culturellement. C'est un fait indéniable. On rencontre en son sein des cultures régionales - corse, basque, alsacienne, antillaise, catalane, bretonne, occitane... - et des cultures étrangères - italienne, maghrébine, espagnole, portugaise, vietnamienne et j'en passe. Toutes ces cultures participent dans une certaine mesure à l'enrichissement de la culture française.

C'est cette formidable richesse qui, entre autres choses, fait potentiellement de la France un pays à vocation universelle. Pour autant cette richesse s'accompagne d'une exigence impérieuse: les différentes cultures cohabitant sur notre sol doivent accepter la culture française comme culture commune et lui faire allégeance. Il n'est pas question ici d'un simple partage entre sphères privée et publique comme le sous-entend Apparu dans sa réponse à Beigbeder. La culture française est un socle commun de coutumes, de mœurs, d'habitudes, qui définissent un certain mode de vie, typiquement français, que doivent respecter les autres. Il ne s'agit pas non plus d'établir une quelconque hiérarchie où la culture française serait par essence supérieure aux autres. Le bon sens commande simplement que pour parvenir à vivre ensemble - selon la formule chère à nos élites - il nous faut une culture politique commune: cette culture, c'est la France. Car c'est la France qui a fondé la République et non l'inverse.

Le multiculturalisme est tout autre chose. Le multiculturalisme est à la fois un fait social - plusieurs cultures étrangères coexistent bon gré mal gré sur un même territoire du fait d'une immigration importante - et une idéologie visant à légitimer et renforcer cet état de fait, en refusant catégoriquement l'idée d'une culture commune qui « cimenterait »  la société et rendrait possible le fameux « vivre-ensemble ». Le multiculturalisme est un relativisme absolu qui place toutes les cultures sur le même plan, ce qui se fait forcément au détriment de la culture autochtone, qui perd alors sa primauté, son rôle de référence.


 

Les périls du multiculturalisme


 

Dans le discours public multiculturaliste à l’œuvre depuis les années quatre-vingt en France, cela se traduit par le traitement favorable des demandes des minorités étrangères en vertu - et en vertu seule - de leur condition de minorité étrangère, chose profondément discriminatoire quand on y réfléchit bien. Dans cette optique, ces dites minorités peuvent et plus encore doivent ne pas se plier aux principes de la culture du pays d'accueil. On est bien loin de l'adage populaire « A Rome, fais comme les Romains. ». Le multiculturalisme est donc la matrice du communautarisme dans nos sociétés occidentales car il « assigne à résidence communautaire » les étrangers et leurs enfants. En cela, le communautarisme est l'aboutissement logique du multiculturalisme. Pire encore, le multiculturalisme mène potentiellement au racialisme essentialiste le plus abject, on le voit avec des mouvements comme le Parti des Indigènes de la République.

 

Afficher l'image d'origine

 

Cette affiche date un peu et reste dans la version soft. En ce moment, les Indigènes de la République proposent une colo assez funky pour terminer les vacances en beauté: le camp d'été décolonial3. Par contre autant vous prévenir, ce camp est interdit aux blancs-becs, aux « souchiens » ou « sous-chiens » (j'ai un doute sur l'orthographe) comme les appelle affectueusement Houria Bouteldja4. En plus, rien ne sert d'y aller pour draguer vu que l’événement n'est pas mixte... Ennuyeuse leur petite sauterie finalement !

      
Mieux vaut en rire qu'en pleurer mais vous l'aurez compris, le multiculturalisme mène à la division et aux multi-conflits, à une guerre de toutes les communautés contre toutes au détriment de la communauté nationale. Ce qui nous menace dans cette perspective est davantage des affrontements entre populations issues de l'immigration qu'une hypothétique guerre civile de grande ampleur. Pas non plus très optimiste comme tableau...

 

 

Parlons-nous !


 

Comme une majorité de Français, je suis un partisan de l'assimilation républicaine et je m'adresse à vous, partisans du multiculturalisme. Malgré nos désaccords profonds, je m'adresse à vous car en tant que Français ou étrangers vivant dans ce pays, vous êtes mes frères et sœurs de sort. Quoi qu'il advienne, nous sommes dans le même bateau, ce qui vous affecte m'affecte et réciproquement.

Partons du principe que vous êtes de bonne foi et pas dans un double-discours, que vous désirez vraiment le « vivre-ensemble », que vous voulez sincèrement que des hommes et des femmes de couleurs, de religions, de langues et de cultures différentes coexistent en paix et en harmonie relative dans notre pays. Le multiculturalisme ne peut pas aboutir à ce que vous souhaitez. La cause que vous défendez ne peut pas aboutir à l'effet que vous lui prêtez. Vous savez au fond de vous qu'il est impossible que des gens ayant très peu en commun œuvrent justement pour le bien commun, pour la res publica. Voyez votre quotidien ! Ouvrez aussi les yeux sur le monde: tous les grands pays multiculturels - les États-Unis, le Brésil, l'Afrique du Sud - ont des sociétés ultra violentes, comment pourrait-il en être autrement de la France ?

Persistez à toujours flatter les populations étrangères vivant en France, à leur dire que la France n'est rien ou qu'elle est responsable de tous leurs problèmes; vous alimentez par là-même un ressentiment destructeur aussi bien parmi les Français dits de souche que les Français d'ascendance étrangère assimilés - dont je fais partie. Vous créez aujourd'hui les conditions d'une séparation et demain celles d'un affrontement. Pour ma part, j'estime que c'est en régulant l'immigration et en promouvant la culture française, comme modèle central, dans sa version universaliste et culturaliste - « est français(e) celui ou celle qui respecte les mœurs et la culture française » - que nous créerons alors les conditions d'une unité prochaine. Taxez-moi de fasciste ou de prophète de malheur si le cœur vous en dit, ou contestez ma vision dans le dialogue.

 

 

1 http://www.lefigaro.fr/vox/politique/2016/06/02/31001-20160602ARTFIG00378-multiculturalisme-lettre-ouverte-de-charles-beigbeder-a-benoist-apparu.php

 

2http://www.lefigaro.fr/vox/politique/2016/06/03/31001-20160603ARTFIG00210-multiculturalisme-la-reponse-de-benoist-apparu-a-charles-beigbeder.php

 

3 https://ce-decolonial.org/

 

4 http://www.marianne.net/houria-bouteldja-racisme-les-nuls-100241973.html

 

Publié dans D'ici et d'ailleurs

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

geof' 03/07/2016 10:45

bonjour, bonsoir,
je réfléchissais sur les antifa, et de penser qu'on ne peut faire l'économie d'une réflexion idéologique : mais qu'est-ce qu'ils/elles ont dans la tête ? Pas de fausse pudeur ! Je pense qu'à la base, la justification à laisser les étrangers venir, et à les laisser vivre à leur manière vient de leur besoin de bonne conscience (les p'tits nenfants d'Afrique..). Il y a aussi, peu ou prou, une logique de catharsis - frustrés de ne pas mettre en danger le grand capital, 'faut que quelqu'un paie - et ça tombe sur les cathos'. Il y a tant à dire sur ces crétins malveillants...
Geoffrey, communiste belge, humble devant Dieu, fier parmi les hommes (et amoureux des femmes)