Colombie : les FARC dans l'arène électorale

Publié le par Mehdi Ezzahi

Colombie : les FARC dans l'arène électorale

Pour les FARC, la lutte finale sera électorale ou ne sera pas. En décembre 2016, la plus ancienne guérilla marxiste au monde1 avait déposé les armes aux termes d'un accord conclu avec le gouvernement colombien2 de Juan Manuel Santos et ratifié par le Congrès. Les membres des Forces Armées Révolutionnaires de Colombie ont progressivement désarmé3 et intégré la vie civile. Le mouvement politique démilitarisé s'est réuni pour son premier congrès le 27 août dernier afin de donner un nom, un emblème et une plate-forme programmatique à leur nouveau parti. La majorité des 1200 délégués présents a opté pour la « Force Active Révolutionnaire Commune », ce qui nous donne pour acronyme...la FARC. Nous n'épiloguerons pas davantage sur le nouvel emblème du mouvement, à savoir une rose !

 

 

Rodrigo Londoño dit « Timochenko » dirigeant historique des FARC et désigné président du nouveau parti le 1er septembre dernier

 

 

L'accord de La Havane prévoit de réserver 5 sièges de députés et de sénateurs au nouveau parti. A court terme, l'ambition de la FARC, qui conserve les orientations radicales de l'ex-guérilla, est de former une large coalition alternative en vue des élections présidentielles et législatives de 2018. Il est pratiquement exclu que les ex-guérilleros présentent leur propre candidat à la magistrature suprême, leur stratégie étant plutôt de soutenir l'aspirant le mieux placé désireux de maintenir l'accord de paix. La FARC mise davantage sur les législatives mais là aussi la partie ne promet rien d'aisé car, sans parler du très fort rejet populaire des FARC, le créneau de la gauche colombienne est déjà pour le moins saturé et fragmenté.

 

Alors que l'opposition de droite brandit déjà le spectre du « castro-chavisme », les précédents historiques dans les pays voisins d'Amérique Centrale montrent que les anciens combattants de guérillas se sont généralement reconvertis à terme dans ce qu'ils savaient faire : les sociétés de sécurité privées et le banditisme...

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Vladimir 09/09/2017 17:14

Toujours un bonne article bien jouer messieurs!!

Mehdi Ezzahi 10/09/2017 20:16

Merci Vladimir !

Alex 09/09/2017 12:00

"J'ajouterai pour finir que seuls les Colombiens sont en mesure et en droit de réhabiliter ou pas les FARC." Fort bien, je vous retourne donc cette assertion Mr Ezzahi le blogueur "indépendant" !

Mehdi Ezzahi 09/09/2017 12:15

Mais vous faites bien, Mr Alexandre Me...k (le professeur de géopolitique "indépendant" ?) cette assertion est valable pour tout un chacun.

Alex 08/09/2017 14:00

Réhabilitation à peine masquée des FARC on commence à avoir l'habitude avec votre média où la neutralité est très relative sur tout les sujets...

Mehdi Ezzahi 08/09/2017 20:15

J'ajouterai pour finir que seuls les Colombiens sont en mesure et en droit de réhabiliter ou pas les FARC.

Mehdi Ezzahi 08/09/2017 20:12

Bonsoir Alex.

Il est dommage que vous n'ayez pas lu un article antérieur du blog que j'avais écrit sur les FARC et mis en note de bas de page : http://la-centrale-a-idees.over-blog.com/2016/11/colombie-une-paix-tumultueuse.html

Vous me direz après si vous trouvez toujours dans notre média une "réhabilitation à peine masquée" des FARC. Quand à notre "neutralité très relative sur tous les sujets", vous me présenterez un être humain absolument neutre si vous en connaissez, peut-être un journaliste ou un professeur d'université, qui sait ?

Bonne soirée