CETA, en avant toutes !

Publié le par Martin Ryan

CETA, en avant toutes !

Hier mercredi 15 février – alors que l'opinion publique de notre pays a les yeux rivés sur le "Penelope Gate" ou « l'Affaire Théo » – le Parlement européen a ratifié l'accord de libre-échange entre l'Union européenne et le Canada (CETA, Comprehensive Economic and Trade Agreement) , après un vote des eurodéputés qui a obtenu 408 voix pour, 254 contre et 33 abstentions.

 

Résultat plus que prévisible, malgré les quelques « difficultés » rencontrées à la fin du mois d'octobre dernier, lorsque le Parlement local de Wallonie1 menaçait de faire capoter le sommet Europe-Canada – qui s'est tenu du 27 au 30 octobre 2016 à Bruxelles pour la signature formelle de l'accord – pour finalement se coucher2 à quelque jours de la rencontre bilatérale. En effet, « rien n'est simple en Belgique, mais peu de choses sont impossibles », comme l'a si bien tweeté le ministre des Affaires étrangères belge, Didier Reynders, qui a signé l'accord au nom de son pays.

 

En théorie, il faudrait encore attendre la ratification des parlements des États membres, pour que ce nouvel accord de libre-échange puisse définitivement entrer en vigueur. Or, l'usage veut que certaines clauses des accords commerciaux puissent être appliquées dès l'approbation du Parlement européen pour « gagner du temps ». En effet : suspension des accords de libre-échanges transatlantique (TAFTA ou TTIP) et transpacifique (TPP)3 par la présidence Trump, déclenchement officiel du Brexit et élections législatives hollandaises au mois de mars, élections présidentielles françaises (avec risque de victoire du Front national) au mois de mai... il faut faire vite, très vite ! Ainsi, une entrée en vigueur « provisoire » est déjà annoncée pour le mois d'avril prochain...

 

Une grande victoire pour l’oligarchie mondialisée libre-échangiste donc, laquelle grâce à un rattachement, de facto, à l'ALENA (Accord de libre-échange Nord-Américain), trouvera sans doute l'une de ses alternatives aux accords transatlantiques (TAFTA ou TTIP) suspendus, pour contourner les barrières réglementaires existantes entre les marchés européen et états-unien.

 

 

1http://la-centrale-a-idees.over-blog.com/2016/10/quand-la-wallonie-fait-sa-rebelle.html

2http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2016/10/27/20002-20161027ARTFIG00019-libre-echange-les-belges-font-capoter-le-sommet-canada-ue.php

3http://www.lexpress.fr/actualite/monde/amerique-nord/trump-va-enfoncer-un-premier-coin-dans-les-traites-de-libre-echange_1871797.html

Commenter cet article

Delphine Meunier 24/02/2017 11:54

Bonjour,

Le seul commentaire, qualitatif, que j'ai à faire est que ç'aurait intéressant de lire le texte original pour que votre équipe en fasse sa propre analyse, et de mettre le lien (http://www.international.gc.ca/trade-commerce/trade-agreements-accords-commerciaux/agr-acc/ceta-aecg/text-texte/toc-tdm.aspx?lang=fra).
Du coup une personne qui lit votre article verra votre impartialité, votre travail de recherche et sera plus à même de se faire une opinion plus objective (et ça c'est que du positif pour voter site !).
Chercher des articles du côté canadien permettrait également d'avoir des opinions des deux bords. Finalement, des analyses académiques, en plus des articles de journaux, diversifient les perspectives, qui sont parfois plus intéressantes et/ou objectives que les grands médias.