L'île Tromelin ou la République divisible

Publié le par Mehdi Ezzahi

Afficher l'image d'origine

 

C'est une petite île - un confetti diront certains - de l'Océan Indien, mais une petite île qui nous rappelle qu'avec les traîtres qui nous gouvernent, on peut s'attendre au pire sans être jamais déçus ! Située à 450 kilomètres de Madagascar et 560 kilomètres de l'île Maurice, dans le district des biens nommées Îles Éparses, l'île corallienne de Tromelin est rattachée aux TOM des Terres Australes et Antarctiques Françaises. Autrement dit, ce bout de terre d'un kilomètre carré, habité par quelques météorologues, est un bout de France...mais peut-être plus pour longtemps.

 

Afficher l'image d'origine

 

Tromelin est revendiquée depuis 1976 par l'île Maurice. Ce n'est pas tant l'île qui intéresse les Mauriciens que ses fonds marins, qui représentent une Zone Économique Exclusive (ZEE) de 285 000 km² très poissonneuse, et où l'on soupçonne la présence de gaz, de pétrole et de nodules polymétalliques en grande quantité. La France a commencé à plier sous les revendications de l'île Maurice avec la signature d'un traité dit de « cogestion » de Tromelin, le 1er juin 2010. Ce traité – qui céderait de fait Tromelin à l'île Maurice – pourrait être ratifié le 18 janvier prochain.

 

La ratification de ce traité scandaleux ne manquerait pas de créer un précédent, donnant de l'eau au moulin aux revendications d’autres États sur nos îles en Océan Indien et ailleurs – on pense notamment aux appétits du Mexique pour l'atoll de Clipperton et de l'Australie et de l'Afrique du Sud pour nos Terres Australes...

 

A l'heure où nous prenons de plus en plus conscience de l'atout formidable que constituent nos DOM-TOM et notre espace maritime – le deuxième mondial avec 11 millions de km² – nous ne pouvons laisser la lâcheté et le court-termisme de politiciens focalisés sur le seul continent européen1 entamer notre puissance maritime, pièce-maîtresse du rayonnement français.

 

 

Commenter cet article

Jp 12/01/2017 13:12

Ils bradent nos îles comme on couperait les branches d'un arbre au début du printemps.
D'autant plus que Maurice est un pays qui fait partie du Commonwealth britannique !!!