Déjà un an !

Publié le par Martin Ryan, Mehdi Ezzahi, et Victor Yague

Déjà un an !

Cela va bientôt faire un an que la Centrale à idées a vu le jour.

 

Hormis la fierté profonde qui nous anime d'avoir réussi à tenir la distance sur ce beau projet en dépit de nos différents rythmes de vie, nous mesurons avec humilité le long chemin qui reste à parcourir. La Centrale a bien grandi, elle s'est étoffée dans le fond et la forme de son contenu tout en diversifiant ses champs d'investigation géographiques et thématiques. Bien sûr nous n'avons pas réussi à faire tout ce que nous espérions, nos rappels d'outre-tombe ont été un peu délaissés car chaque article demande un travail de recherche conséquent. Certaines zones géographiques ne sont pas assez traitées car nous n'en sommes pas spécialistes (notamment l'Afrique subsaharienne et l'Amérique du Nord et Centrale), nous allons essayer de corriger ça.

Nous remercions tous nos abonnés et nos lecteurs, vous qui nous donnez la force nécessaire pour continuer notre travail en dépit des difficultés et quelquefois des attaques qui dépassent allégrement le seuil de la critique constructive. Nous espérons cette année parvenir à encore développer un peu plus le dialogue ensemble. Ces échanges nous permettent d'ouvrir notre travail vers d'autres sujets peu traités ou simplement passés sous silence.

L'année 2016 fut l'année des rencontres avec d'autres acteurs, encore discrets mais très actifs, qui œuvrent également à la mise à disposition du savoir pour le plus grand nombre et à pourfendre la doxa bien pensante et manipulatrice qui anime la sphère publique à travers les grandes figures médiatiques de notre pays. Ne pas se savoir seul dans cette grande entreprise a été un immense soulagement, même si la bataille des idées ne fait que commencer.

Cette année d'élections annonce non pas une vague, mais bien un tsunami de désinformation et de propagande démagogique. Nous nous efforcerons dans les prochains mois d'aborder les vrais enjeux pour la France, sans ornières, sans peur de la polémique mais sans désir de la susciter à tout prix. Tout débat peut être vif si tant est qu'il est fécond. Nous nous sentons plus que jamais investis par notre mission, aussi modeste soit l'impact de notre action, nous la conduirons inlassablement avec vous à nos côtés. D'autres camarades sont appelés à rejoindre la Centrale à idées, vous aurez l'occasion de les lire et ainsi d'accéder à une vision encore différente des nôtres tout en restant respectueuse de nos valeurs fondamentales. Car c'est bien là l'essence de notre projet, faire s'exprimer le plus grand nombre au service du bien commun.

 

Toute l'équipe de la Centrale à idées vous présente ses meilleurs voeux pour 2017.

 

 

P.S : Nous avons également une pensée immense et profonde pour Jean-Christophe Victor, qui nous a quitté brutalement pendant les fêtes de fin d'année. Sa disparition laisse un grand vide. Il était un précurseur dans la vulgarisation du savoir et des interactions géopolitiques. Son héritage perdure, entre autres, à travers son immense travail audiovisuel "le dessous des cartes". Reposez en paix. Amitiés

 

Déjà un an !

Publié dans A propos

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Remix 07/05/2017 23:13

Je tiens à vous remercier pour le travail que vous accomplissez. Immense est mon soulagement lorsque je constate qu'il existe encore quelques bastions de bon sens et d'espoir dans cet océan de lâcheté, de bêtise et de haine tous azimuts qu'est devenue notre société. Je partage votre opinion sur nombre de sujets, et je reste stupéfait par la profondeur de vos analyses. Il est très difficile de parvenir à expliquer et analyser ainsi le monde dans lequel nous vivons avec un discours et une méthode aussi claire et compréhensible. Cela me change des commentaires ou autres déclarations niaises ou haineuses que l'on croise trop souvent sur la toile. Sans parler de la qualité de l'orthographe
et de la syntaxe; c'est agaçant de constater qu'un nombre croissant de gens ne savent plus écrire une phrase sans faire 3 fautes par mot.

Merci pour cette bouffée d'air frais dans un monde étouffant.