La danse du sphinx

Publié le par Mehdi Ezzahi

La danse du sphinx

L'Égypte vient d'officialiser ce qui était un secret de polichinelles pour les initiés : son soutien militaire au régime syrien. On pourrait reprocher bien des choses au maréchal Abdel Fatah al Sissi mais pas son manque de cohérence géopolitique. Contesté violemment par les Frères Musulmans en interne1 et menacé par la déstabilisation du voisin libyen2, le président égyptien appuie les forces régionales qui luttent contre le salafisme et s'éloigne de celles qui le soutiennent...

Deux généraux égyptiens ont rejoint l'état-major de l'armée syrienne et dix-neuf pilotes d'hélicoptères sont arrivés dans la base de Hama mi-novembre, sans compter les nombreux experts militaires déjà présents sur place. Pour Al Sissi, peu adepte du « charlisme », la priorité de l'Égypte est de « soutenir les armées nationales, par exemple en Libye pour renforcer le contrôle de l'armée sur le territoire et traiter les éléments extrémistes. Même chose en Syrie et en Irak ».

Cet engagement égyptien assumé en Syrie intervient dans un contexte de rapprochement avec la Russie et de vives tensions avec l'Arabie Saoudite. Très critiqué par l'administration Obama pour son coup d'État contre le frère musulman Mohamed Morsi et sa répression féroce envers la confrérie, Al Sissi avait trouvé un soutien de poids et un partenaire stratégique en la Russie de Poutine. La stratégie russe d'accès aux mers chaudes3 s'en trouvait ainsi confortée...C'est que ça caille la Baltique !

Le soutien égyptien à Assad a bien entendu déplu aux voisins Saoudiens qui ont tôt fait de fermer le robinet d'or noir pour châtier l'insolence mamelouk. Résultat : Ce sont l'Iran et l'Azerbaïdjan qui les ont remplacés à la pompe ! Dernier élément qui pourrait jouer en faveur de la nouvelle diplomatie égyptienne : l'élection de Donald Trump, qui a déclaré à cor et à cri sa volonté de neutraliser le terrorisme islamique dans la région et de favoriser les régimes arabes à poigne. Moumtaz pour Al Sissi !

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article