Un poison nommé Formosa

Publié le par Victor

Le dragon de l'Asie se meurt... d'une intoxication massive de ses ressources halieutiques. En d'autres termes, il est pas frais mon poisson !

La très grande faute en revient à l'aciériste taiwanais Formosa qui a relaché suffisament de produits toxiques en mer de Chine méridionale pour anéantir une bonne partie du biotope aquatique environnant.

Au-delà des  répercussions écologiques, déjà graves, la subsistance d'une bonne partie de la population du centre Vietnam est menacée. Essentiellement pêcheurs de leur état, les habitants de Ha Tinh se sont résolus à déposer plainte individuellement car les plaintes collectives ne sont pas autorisées par la loi Vietnamienne. Un comble pour un pays communiste, n'est-il pas?

Devant l'incurie patente des autorités locales dont le niveau de corruption ferait se pâmer d'émerveillement le sieur Cahuzac, c'est le diocése local qui s'est chargé d'organiser le cortége des plaignants jusqu'au tribunal du chef-lieu Ky anh. Une maniére de rappeler qu'en dépit des réccurentes pressions gouvernementales que subit la communauté catholique vietnamienne, le clergé continue de suppléer aux défaillances sociales de la République socialiste. Et ce d'autant plus après l'encyclique papale "Laudato Sii" mettant en avant la sauvegarde environnementale.

Tous ces efforts aboutiront peut-être à la préservation d'un milieu naturel déjà victime de surexploitation mais vitale pour l'économie vietnamienne, d'autant qu'il ne s'agit pas d'une première pour l'aciériste concerné. En effet, des évenements similaires qui ont eu lieu en juin dernier, ont abouti à une promesse de dédommagements conséquents.

Dans un pays où le développement économique relègue au second plan la condition humaine et l'écologie, on comprend presque la nécessité d'être croyant.

Amen

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article