Chili-Bolivie: les eaux de la discorde

Publié le par Mehdi Ezzahi

Chili-Bolivie: les eaux de la discorde

L'existence supposée d'une base militaire chilienne à 15 kilomètres de la Bolivie, dénoncée le 8 mai dernier par le président bolivien Evo Morales, ravive l'animosité historique entre les deux pays. Il faut dire qu'à la fin du XIXème siècle, le Chili a eu la riche idée de s'approprier les 400 kilomètres de littoral Pacifique bolivien, qui se prêtaient parfaitement à l'implantation de stations balnéaires et, accessoirement, à la juteuse exploitation du salpêtre, du cuivre et d’autres minerais.

Après quatre ans de guerre[1] et malgré son alliance avec le Pérou, la Bolivie dut dire définitivement Adios al Pacifico en 1884, pour devenir le pays enclavé que l'on sait et exporter ses marchandises via les ports chiliens d'Arica et d'Antofagasta qui prennent une jolie commission au passage. Les Boliviens l'ont toujours très mauvaise et revendiquent leur volonté de récupérer un accès maritime par un « Jour de la Mer » chaque 23 mars.

Parenthèse historique fermée, revenons à nos lamas! Aux accusations d'Evo Morales, le gouvernement chilien a fait une réponse du berger à la bergère: il y aurait aussi une base militaire bolivienne à un kilomètre et demi du Chili! Un tel déploiement de forces dans la région, s'il est avéré, pourrait s'expliquer simplement par la présence du fleuve transfrontalier Silala, ô combien précieux dans l'une des zones plus arides de la planète...

 

 


[1] http://perspective.usherbrooke.ca/bilan/servlet/BMAnalyse?codeAnalyse=2028

 

Commenter cet article