Un brigand ça Trump énormément

Publié le par le chaudronnier

On a presque tout dit sur Donald Trump, l'emblématique candidat républicain à la campagne présidentielle américaine.


Il ne sera pas ici question de jugement. Je m'explique. Il s'agit d'une élection dont l'issue sera choisie par les citoyens des Etats-Unis d'Amérique, et par eux seuls. Inutile donc de se lancer dans de stériles spéculations à propos du meilleur candidat pour nous autres, le reste du monde.

Pourquoi? Parce qu'un président favorisera toujours les intérêts nationaux - à ce titre nous sommes un contre-exemple frappant en privilégiant les intérêts européens avant nos besoins nationaux... Le soutien populaire assure l'exercice du pouvoir et la réélection, c'est implacable. Et on ne s'assure de ce soutien qu'en répondant aux exigences de son peuple. Tous les ambitieux participant à la course présidentielle le savent, de quelques bords qu'ils soient.

A plus forte raison quand cela implique d'être au sommet de la chaîne alimentaire mondiale. Qu'on le veuille ou non, les américains détiennent le leadership et leur prétendu déclin - annoncé de longue date - ne semble pas pointer le bout de son nez.

On ne peut tenir pour responsable les influences extérieures de notre situation interne, en tout cas pas en France. Nous sommes un pays riche et potentiellement souverain, avec une population éduquée et à l'abri de la guerre. On ne peut considérer le terrorisme comme une guerre, ce serait donner beaucoup de crédit à de simples meurtriers fanatiques et horriblement cyniques. Ces tristes individus peuvent nous blesser, parfois nous tuer, mais ils ne nous feront jamais tomber.
D'ailleurs le bilan des pertes n'est pas du tout en leur faveur. Ils s'épuiseront avant nous, c'est ma conviction. Je ferme là ma parenthèse pour revenir à cette passion pour les affaires de l'Oncle Sam.


Nous ne voulons pas d'un individu xénophobe aux atavismes puissants comme l'ami Trump, seulement voilà la tendance semble se renverser quand on découvre que sa politique étrangère oscille plutôt vers le repli.
La plupart des grands fauves de ce monde, tel Poutine et l'ensemble des grands pontes du parti communiste chinois pour ne citer qu'eux, rêvent de cette opportunité depuis qu'ils sont à la manoeuvre dans leurs patries respectives.
On se prend à imaginer un nouvel ordre mondial, les conséquences seraient innombrables et vertigineuses !


Mais rien ne sert de rêver... Donald arrêtera d'acheter du pétrole aux saoudiens, la belle affaire! Ce n'est pas le seul endroit où l'on vend du pétrole. Plus d'Otan, plus d'ONU?
Mais bien sûr, les américains vont s'asseoir sur leur droit de veto et l'ensemble des privilèges acquis depuis presque 70 ans... L'annonce sur la fin de la guerre dans le monde ne devrait pas non plus tarder nous assure le commandant Sylvestre.

Arrêtons d'être crédules. Avant de s'attarder sur le palier de nos voisins, balayons devant notre porte.
Les américains ne nous sauveront pas de nous mêmes. Ils auraient trop à y perdre. Mieux vaut des alliés faibles que des rivaux puissants. C'est une des bases de la politique d'équilibriste à laquelle se livre tout un chacun dans le monde.


Les régles ne sont pas prêtes de changer. A nous d'apprendre à mieux jouer.

Commenter cet article

Le tourneur-fraiseur 23/04/2016 02:34

Sur l’un de vos précédents commentaires, vous avez écrit ceci :

« Je vous renvoie à notre citation. Je vous engage à parler du fond la prochaine fois. Nous aurons alors autre chose à échanger que ces quelques politesses qui ne font guère avancer le schmilblick. »

Vu que mon commentaire porte sur le fond, S’il vous plait pourriez vous y répondre, merci.

Le tourneur-fraiseur 08/04/2016 03:00

Sur l'Etat souverain, tu veux sans doute dire que l'Etat est souverain théoriquement. Je confirme bien le bémol de Clem. En pratique : dette publique de la France : 2 088 813 674 066 € ; déficit public depuis le 1ᵉʳ janvier : 19 613 674 221 € (et les montants grossissent exponentiellement à vue d’œil) sans compter tout notre patrimoine que seuls des saoudiens, qataris ou chinois achètent massivement avec exemptions fiscales incitatives à la clé. Un pays tenu par ceux qui possèdent ses biens et qui a autant de créanciers est tributaires de ceux-ci. Il n'est donc plus réellement souverain puisque la souveraineté implique l'indépendance de décision. Or, la France qui décide à l'heure d'aujourd'hui ne peux plus se permettre l'indépendance que lui avait donné le Gal de Gaulle. Et je ne parle pas des critères de la souveraineté au plan constitutionnel (absolue, indivisible, exclusive, inaliénable et imprescriptible pour ne parler que de la souveraineté de l'Etat sur la scène internationale et non de la souveraineté dans l'Etat en interne vis à vis du peuple). Ces critères, déterminés par les plus grands penseurs de la souveraineté (Scelle, Laband, Gerber en Allemagne / Hauriou, Duguit en France - entre autres) théoriques sont largement battus en brèche aujourd'hui. Je ne peux donc pas vous laisser dire que nous sommes souverains. Les Etats-Unis nous dominent depuis qu'ils nous tiennent avec le plan Marshall. La naissance et la structuration ultralibérale de l'UE (le droit de la concurrence est une copie des lois antitrust Sherman et Clayton du début du XXème siècle) en est la conséquence directe, nos choix politiques irrationnels vis à vis de la Syrie aujourd'hui le montrent aussi... je le dit d'autant plus que je reviens d'un long séjour aux Etats-Unis où il ne faut pas minimiser la pauvreté qui explique l'échec de la politique utopique d'Obama. Les américains recherchent désormais un constructeur qui fera des Etats unis la même chose qu'il a fait avec sa propre vie. Ils le voient donc comme un exemple. Ce qui peut expliquer son ascension trés difficile à comprendre pour un français imprégné par le cadrage politiquement correct médiatique, que les US ne connaissent pas car là bas ils respectent la liberté d'expression (les propos qui heurtent, choquent ou inquiètent sont à protéger pour leur apport au débat) d'où le fait que Trump soit suivi là bas alors que chez nous ils serait tout bêtement interdit au nom de la loi Gayssot... bref...

Le chaudronnier 25/04/2016 13:19

Merci pour ton commentaire étayé et substantiel. Je maintiens ma formule, l’État a le potentiel de recouvrer sa souveraineté. Il y a plusieurs gradations à la souveraineté d'autres part. Refuse de payer l'impôt et tu seras très vite confronté à un ensemble de mesures coercitives suffisamment élaboré pour faire plier ta volonté... Bon ce cas de figure marche surtout pour le commun des mortels, nous en somme. Pour ce qui est des acheteurs et investisseurs étrangers, je te renvoie à mon câble sur la dette islandaise : http://la-centrale-a-idees.over-blog.com/2016/02/un-drakkar-pour-la-dette.html

Il faudrait un article entier pour parler du général De Gaulle... Mais la France n'était pas libre de ses choix non plus à cette période, il n'y a qu'à voir le déroulement des guerres de décolonisation, la crise de Suez en 1956, etc. Nous étions en dehors de l'OTAN, c'est déjà bien, mais malgré tout nous étions dans l'un des deux grands blocs idéologiques. On a fait mieux en matière d'indépendance idéologique et financière, les trente glorieuses ont largement servis de cache misère politique.

Par ailleurs, nos choix ne sont pas seulement irrationnels vis-à-vis de la Syrie, ils le sont dans à peu près tout ce qui concerne nos Opex hors de notre zone d'influence. Ils ne faut pas vraiment s'en étonner, nos élites européennes ont été nourries à la même tétée et poursuivent des mirages idéologiques hérités de leurs universités d'été chez l'Oncle Sam.

Je termine avec Trump, le propos de l'article n'est pas de dire pourquoi les américains ne s'offusquent de ses propos - au passage il ne faut pas non plus minimiser le Trump-bashing outre-Atlantique - mais bien pourquoi nous réagissons nous qui ne sommes pas citoyens US aux actes d'un candidat qui ne sera jamais le nôtre.

J'espère avoir répondu à tes remarques. Au plaisir.

Clem 28/03/2016 18:58

Je mettrai tout de même un bémol sur "France pays souverain"... la souveraineté est un pays global, on ne l'est pas à 20% ou 40%... un pays qui a subi autant de procédures de décharge que le notre ne peut raisonnablement pas se dire "souverain".

Le chaudronnier 29/03/2016 12:28

Sans jouer sur les mots ni sur les chiffres, je parle de potentiel. J'ai précisé que nous étions soumis à la haute autorité européenne au mépris de nos objectifs nationaux, je partage donc ton point de vue sur notre perte de souveraineté. Toutefois je pense que nous avons tout ce qui faut pour le redevenir le cas échéant. Et je ne connais pas de pays qui ne soit pas obligé de composer avec son environnement, le 100% n'existe pas pour moi. Même les américains, les russes et les chinois mènent des guerres qu'ils ne choisissent pas.

Clem 28/03/2016 19:01

"fait global"... désolé pour la coquille.