Un drakkar pour la dette

Publié le par le chaudronnier

Au pays des varègues et des chasseurs de baleines, il fait bon vivre. Avec un taux de chômage au-dessous des 2% et une épargne qui repart à la hausse, on aurait presque envie de se faire décolorer des cheveux et de migrer vers le grand nord.

Pourtant c'était pas gagné le valhalla économique !

En 2008, L'Islande a pris de plein fouet la crise des subprimes.
Il faut dire que tout son système économique était basé sur les produits financiers, un précurseur dans ce domaine pour le meilleur mais surtout pour le pire.


Le FMI diagnostique l'Islande comme un cas désespéré, les spectres de la Grèce et de l'Irlande planent au-dessus de l'île. A situation désespérée, mesure désespérée. Le gouvernement islandais décide de dévaluer sa monnaie, et de ne pas rembourser les pertes des banques, seuls les comptes des nationaux sont sauvés. En gros, tous les avoirs étrangers sont partis à la baille. La réaction des intéressés?
Aucunes, sinon quelques remontrances publiques...   


L'Islande a pris le parti de prendre son parti. Une action rendue possible selon l'actuel gouvernement par sa non adhésion à l'Union Européenne.
Une position confirmée dans les derniers jours. L'Europe serait-elle devenue une entrave? L'Islande est un cas à part pour de nombreuses raisons. C'est un petit pays, avec peu de population, et de petits besoins.


Rien à voir avec notre belle France, cette puissance de premier ordre sur laquelle il faut compter. Mais attendez ! En fait si ce petit pays de rien a tenu tête à la déroute économique mondiale, pourquoi pas nous ?
Ah oui l'Europe et ses merveilles, comprenons ici notre assujettissement total au système bancaire... ça donne à réfléchir ! Skál.

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

quérulent 21/02/2016 03:37

La déroute économique mondialE ! mondiale prend un "e" car le terme s'applique à LA déroute, qui, si je ne m'abuse, est un terme féminin ! Néanmoins, en citant le roi Salomon "donne à ton serviteur un cœur intelligent pour juger ton peuple", ce cœur sera encore plus intelligent avec l'adjectif et l'attribut du sujet correctement accordé. En vous remerciant.

Chaudronnier 21/02/2016 11:42

Merci pour votre remarque de forme. D'ailleurs après relecture vous avez oublié de mentionner une autre coquille, de taille en plus. Je vous renvoie à notre citation. Je vous engage à parler du fond la prochaine fois. Nous aurons alors autre chose à échanger que ces quelques politesses qui ne font guère avancer le schmilblick. Je me demande comment on prend encore plaisir à tirer sur l'ambulance. Bien à vous