Pour une poignée de Bahts

Publié le par Le chaudronnier

Pour une poignée de Bahts

Ça vous évoque quoi la Thaïlande? Pour la plupart d'entre nous c'est l'une des destinations les plus touristiques de la planète : les plages de sable fin à Ko Phi Phi, la fête permanente à Phuket, notre succursale du 93 à Pattaya, les folles nuits de Bangkok, les treks à Chang Mai, les matchs de Muay Thaï au Lumpini, une nourriture délicieuse, et bien d'autres plaisirs (plus) coupables...


Oui ne nous le cachons pas, tout le monde sait ce qu'on dit de cet ancien Siam, pays du tourisme sexuel et du lady boy.


 Alors quoi? Cette réputation sulfureuse serait-elle usurpée par une politique d'état adaptée et rigoureuse? Certains vont tiquer, à raison. On va dire que ça va mieux, pour contenter tout le monde, si j'ose dire. Les salons de massages sont toujours ouverts et on y croise de moins en moins de petites filles. Et ça c'est plutôt cool. Ce qui l'est moins, c'est ce qui se passe dans l'envers du décors au pays du sourire. Votre langue au chat siamois?

L'esclavage, amis voyageurs, sous-tend la belle croissance du secteur des fruits de mer. Car la Thaïlande produit énormément de riz mais aussi beaucoup de crevettes, allez dire ça à Forrest. Et pour résister au marché mondial de plus en plus taquin, les thaïs font comme nous. Ils réduisent leurs coûts.
Heureusement pas besoin de délocaliser, il y a plein de "volontaires" au Cambodge et en Birmanie ! Ah la mondialisation, quelle belle promesse pour l'avenir de l'homme...

Pensez-y -ou pas- avant de déguster votre curry de gambas.  


http://www.rfi.fr/asie-pacifique/20160201-esclavage-peche-centaines-arrestations-thailande-commission-europeenne

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article