La boulette de trop

Publié le par le chaudronnier

Hong Kong, un lieu mythique, une cité-état bouillonnante entre terre et mer. L'activité humaine y est permanente et pour cause, c'est l'une des façades de l'Asie conquérante.

L'ancienne possession britannique est théoriquement revenue dans le giron chinois en 1997 mais dispose encore d'une relative indépendance jusqu'en 2047. Dans les faits, c'est toujours un peu plus compliqué que sur le papier, un peu comme monter un meuble de chez Ikea.


La pilule passe mal entre les citoyens hongkongais habitués à la souplesse anglo-saxonne et le régime chinois un peu plus tatillon sur les questions de souveraineté.
Les libertés individuelles c'est pas trop le fort des communistes même quand ils sont aussi cyniques qu'à Pékin. Du coup les grands pontes du parti ont tendance à serrer un peu la vis aux citoyens de Hong Kong.


Dans la nuit du 8 au 9 février, dans la continuité des festivités pour le nouvel an chinois, les marchands de nourriture ambulants - servant ces fameuses boulettes de poissons - sont arrêtés par la police faute d'autorisations.
"Dura lex, sed lex", tacle Cicéron en bon avocat de l'ordre. Certes la loi est dure mais quand on en arrive à tirer des "coups de semonces" à balles réelles et un peu plus bas qu'il n'est prudent, on passe dans une autre catégorie...

Bon il faut dire qu'en face on se laisse pas faire, on jette des pavés, des bouteilles en verre et quelques cocktails molotov parce qu'avec la fête est plus folle. Tout ça abimerait presque les casques et les boucliers de ces fonctionnaires admirables qui ne font que leur devoir face à des citoyens en état d'insurrection patente. Humour. Noir et sans sucre.


Bref cette petite sauterie aurait fait selon la police -avec l'objectivité qu'on lui connait- moins d'une centaine de blessés, dans ses rangs, pour une cinquantaine de personnes arrêtées, en face. Parmi ces chanceux, l'un des leaders du mouvement anti-Pékin présent sur place de manière fortuite.


Résultat après la révolution des parapluies de 2014, on se retrouve avec une nouvelle période d'instabilité baptisée non sans dérision, la révolution des boulettes de poissons...


Original et sans saveurs.

Commenter cet article